andrew-gloor-qMuxzTIxLC8-unsplash.jpg

Sophrologie et Maladie de Parkinson

Pour mesurer tout l’intérêt de la pratique de la sophrologie chez une personne souffrant de la maladie de parkinson, il faut commencer par connaître et comprendre ce qu’est la maladie de Parkinson.

 

En préambule, quelques chiffres :

Selon les données de Santé publique France, plus d’un million de personnes sont touchées par une maladie neurodégénérative, la maladie de Parkinson arrivant en 2ème position, avec plus de 200 000 cas traités, après la maladie d’Alzheimer.

On note 2 fois plus de cas de maladie de Parkinson en 25 ans, et conséquence du vieillissement de la population, 1 personne sur 120 de plus de 45 ans sera atteinte de la maladie de Parkinson en 2030.

Cette maladie sporadique, dont l’âge moyen au jour du diagnostic est de 58 ans, touche 1,5 fois plus d’hommes que de femmes.

 

Que savons-nous sur la maladie de Parkinson ?

 

Nous avons de plus en plus de connaissances sur la maladie de Parkinson en tant que pathologie et sur ses symptômes mais son origine reste inconnue. Même si l’âge demeure le principal facteur de risque, cette maladie n’est pas réservée aux personnes retraitées. A ce titre, les formes familiales de la maladie de Parkinson représentent 5% de l’ensemble des cas avec en majorité des formes précoces de la maladie c’est-à-dire diagnostiquée chez de jeunes sujets.

La maladie de Parkinson est multifactorielle, elle atteint des personnes à la fois prédisposées et exposées à 1 ou plusieurs facteurs environnementaux.

A titre d’exemple, depuis 2012 elle fait partie du tableau de maladies professionnelles du régime agricole (MSA). Très attendu par les agriculteurs, ce décret publié le 06/05/2012 reconnait officiellement un lien de causalité entre l’exposition aux pesticides et le risque de développer la maladie de Parkinson.

Qu'est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est la conséquence de la destruction progressive du système dopaminergique de la substance noire, noyau du système nerveux central. La dopamine est un neurotransmetteur essentiel dans l’élaboration et le contrôle de la motricité.

L’affaiblissement de la quantité de neurones dopaminergiques empêche l’acheminement de ces derniers vers le striatum, région du cerveau responsable de l’exécution des mouvements automatiques.

A ce jour, cette maladie neurodégénérative ne se guérit pas. La mise en place d’un traitement dopaminergique agira sur les symptômes de la maladie mais ne l’empêchera pas d’évoluer.

Le diagnostic de la maladie de Parkinson repose sur l’examen clinique de l’état général du sujet et sur la présence d’au moins un des 3 symptômes moteurs suivants : lenteur, tremblement, rigidité.

A cette « triade motrice » s’ajoutent souvent d’autres symptômes non moteurs : apathie, troubles de l’odorat, fatigabilité, troubles digestifs, difficultés de concentration, douleurs, troubles du sommeil, dépression…

Même si les symptômes sont suffisamment parlants pour poser un diagnostic, on peut affirmer qu’il y a autant de maladies de Parkinson que de personnes atteintes par cette maladie.

Les traitements médicamenteux proposés visent à compenser le manque de dopamine, ils agissent sur les symptômes de la maladie mais n’empêchent en rien son évolution.

Pourquoi pratiquer la sophrologie en complément du traitement médical ?

La pratique de la sophrologie en tant que soin de support a des effets bénéfiques sur les symptômes de la maladie de Parkinson.

La simplicité de cette méthode psychocorporelle de détente physique et mentale basée sur la respiration et le relâchement musculaire permet de se pratiquer en toute autonomie, et de s’adapter au quotidien de chacun.

L’enregistrement des exercices proposés en séance favorise l’entraînement et permet d’installer un bouton pause quel que soit le moment de la journée.

Le fil conducteur de cet accompagnement pourrait être de ne pas lutter contre son corps, ce qui mène à l’épuisement, mais au contraire de travailler avec lui. Un des principaux axes de travail étant d’acquérir une meilleure connaissance de son corps en prenant conscience de son fonctionnement et de la place qu’il occupe. Faire de son corps un allié permet de mettre en place des stratégies mentales de lutte contre le stress, principal facteur aggravant des symptômes moteurs.

Concrètement ces stratégies vont permettre de mieux gérer des symptômes tels que les raideurs musculaires, l’aphasie, l’équilibre, la coordination des mouvements et même les tremblements qui s’atténuent voire s’arrêtent totalement durant la séance.

L’accompagnement sophrologique permet également d’améliorer la qualité de vie de la personne vivant avec la maladie de Parkinson en prenant en charge les symptômes non moteurs comme la fatigue, la gestion des émotions, les troubles du sommeil ou encore la douleur.

Cet accompagnement, en complémentarité du traitement dopaminergique, permet de retrouver confiance en ses capacités et de ne pas vivre son corps uniquement dans la douleur. Chaque séance est vécue comme une pause ressource permettant de se reconnecter à son corps dans un ressenti positif et agréable.

 

En retrouvant des sensations de plaisir, le cerveau libère naturellement l’hormone du bonheur c’est-à-dire… la dopamine ! A la fin de chaque séance, les participants retrouvent confiance et motivation, la vie reprend le dessus.

lina-trochez-ktPKyUs3Qjs-unsplash.jpg

Mon expérience en tant que sophrologue auprès des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

      Depuis plus de 7ans, j’accompagne des personnes atteintes de la maladie de Parkinson à titre individuel ou en séances collectives.

      Après une formation au CHU de Rennes sur la prise en charge des patients atteints par la maladie de Parkinson au sein d’une équipe pluridisciplinaire ou en cabinet libéral, j’ai pris conscience des bénéfices que la pratique de la sophrologie, en complément des traitements médicamenteux, pouvaient avoir sur les symptômes liés à cette maladie. En tant que soin de support, l’accompagnement sophrologique permet d’améliorer la qualité de vie du sujet sur le plan physique, émotionnel et mental.

 

      En 2015, j’ai commencé par proposer des séances collectives aux adhérents du Comité France Parkinson de Moselle sur le thème « Mieux vivre sa maladie ». Rapidement, j’ai pris conscience de l’importance de la place des aidants familiaux dans cette maladie, de leur détresse face au stress quotidien et de la nécessité de les accompagner dans ce rôle d’aidant. J’ai donc proposé des ateliers « Sophrologie et Partages » ou comment mieux vivre son rôle d’aidant.

Ce rendez-vous hebdomadaire du jeudi matin pour les Aidés puis pour les Aidants perdurent encore aujourd’hui mais sous la forme de séances à distance. En effet, ces séances collectives via l’application Zoom, destinées dans un 1er temps à maintenir le lien social durant les confinements successifs, sont aujourd’hui préférées aux séances en présentiel.

     Parallèlement, à partir de 2018 constatant le nombre croissant de personnes encore actives atteintes par la maladie de Parkinson, j’ai commencé à animer des séances collectives de sophrologie réservées aux personnes de moins de 60 ans. Mais c’est à titre individuel que j’accompagne le plus grand nombre de « jeunes » souffrants de la maladie de parkinson et préférant ainsi préserver leur anonymat. Contrairement aux idées reçues, cette maladie n’est pas réservée aux personnes âgées et ne se résume pas à des tremblements. 20% des personnes diagnostiquées sont âgées de moins de 50 ans, 5 à 10% ont moins de 40 ans et seule 1 personne diagnostiquée sur 3 souffre de tremblements.

L’objectif principal de ces séances de sophrologie (essentiellement à distance depuis 2020) est d’installer une stratégie rapide et efficace pour gérer le stress généré par certaines situations sur le lieu de travail. L’angoisse de ne pas y arriver et la peur du regard des autres amplifient certains symptômes comme les raideurs musculaires allant jusqu’au blocage et les tremblements. Une meilleure connaissance de son corps et l’apprentissage de certaines techniques de respiration ou de préparation mentale permettent de mieux gérer ces symptômes à l’instant T.

      La force de la sophrologie est l’autonomie autant dans sa pratique que dans l’adaptation de cette pratique aux besoins et contraintes de chacun. Tout initié à la possibilité d’utiliser ses acquis en toute autonomie.

sam-manns-p0ZvBVpW3KY-unsplash.jpg

Séances collectives à distance
Jeunes & Parkinson

logan-weaver-lgnwvr-lK0l9pzxLps-unsplash.jpg

Séances collectives à distance
Seniors & Parkinson

Femme aux longs cheveux gris

Séances individuelles à distance

Mon expérience en tant que formatrice au sein de l’Association France Parkinson

C’est en prenant conscience du nombre croissant des personnes diagnostiquées chaque année et de la complexité de cette maladie que j’ai rejoint en 2018 l’Association France Parkinson en tant que formatrice. En me déplaçant dans différentes structures accueillant des personnes atteintes par la maladie de Parkinson j’ai compris l’importance de la formation pour les professionnels en charge de ces patients et de leurs aidants.

Le maître mot d’un accompagnement de qualité est la formation.

Pour tous les professionnels en charge d’une personne vivant avec la maladie de Parkinson, il est essentiel de connaître et de comprendre cette pathologie, c’est l’une des missions essentielles de l’Association France Parkinson.

La formation « Sophrologie et Maladie de Parkinson »

Une formation préalable sur la maladie de Parkinson est indispensable pour tout sophrologue désirant accompagner des sujets souffrants de cette pathologie.

C’est la raison pour laquelle j’ai mis en place une formation spécifique pour tout sophrologue ayant terminé sa formation.

Une bonne connaissance des caractéristiques, des symptômes, des traitements et de leurs effets secondaires permet un accompagnement sophrologique de qualité en complémentarité du suivi médical indispensable. Même si la maladie de Parkinson ne se guérit pas, il est possible de ralentir l’apparition de certains symptômes moteurs et de diminuer certains symptômes non moteurs. Si les exercices proposés en séances sont répétés régulièrement et surtout au bon moment par rapport à la prise du traitement dopaminergique, leurs effets sont particulièrement bénéfiques sur ce que l’on appelle la triade motrice.

Cette formation « Sophrologie et Maladie de parkinson » est une formation pratique pour prendre en charge, à titre individuel ou en séances collectives, des personnes souffrant de la maladie de Parkinson.

A l’issue d’une partie théorique pour bien comprendre cette pathologie, son évolution et ses traitements, l’objectif pédagogique de cette formation est l’adaptation des techniques sophrologiques aux besoins et contraintes des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.